Translate This Page

Letters to the Swiss Federal Council by Mélanie Brugger




Motif : Déploiement de la 5G 

 

 

Madame, Monsieur,

 

 

Aujourd’hui, je prends la parole. Parce qu’on ne me demande pas mon avis, mais que celui-ci compte autant que celui de toutes les grandes multinationales.

 

Aujourd’hui je me lève contre quelque chose que l’on veut nous imposer, à nous tous : habitants de la Terre, au nom de quoi ? Je vous le donne en mille : au nom du profit. Que valent les vies de milliards d’êtres humains, l’écosystème en souffrance, etc. au regard de milliards de francs ?...

 

Aujourd’hui je décide de m’indigner contre la désinformation du public, face à un sujet plutôt épineux : l’implantation de la 5G :

 

En effet, faisant partie d’un groupe réunissant des experts dans le sujet des ondes électromagnétiques (Pierre Dubochet (ingénieur, conférencier, auteur, consultant pour la RTSR, chargé de cours en Haute École de Santé), Olivier Bodenmann (ingénieur électricien EPFL)), ainsi que de nombreuses personnes s’intéressant à l’implantation de cette 5G, j’ai à disposition beaucoup d’articles de qualité, d’études et d’interview qui y sont partagés, d’éminents professeurs (Ulrich Warnke (scientifique), Martin L. Pall (Professeur émérite de biochimie), Daniel Favre (biologiste),…)

 

C’est donc sur ces différentes sources (citées ci-après) que je vais appuyer ma démarche :

 

Pour commencer, je me trouve face à une information qui pour moi est des plus révoltantes : Regardons l’Union Européenne, les États-Unis et les gouvernements nationaux à l’échelle mondiale qui prennent des mesures visant à permettre une installation rapide et sans heurts de la technologie 5G. Et ce, sans prendre en compte la quantité d’études déjà menées au travers du monde sur la nocivité des Champs électromagnétiques à hautes fréquences.  Il découle de cet empressement une violation du Code de Nuremberg (1949), s’appliquant aux expériences sur les êtres humains (ce qui implique évidemment le déploiement de la 5G, qui introduit un niveau d’exposition plus élevé et inédit au rayonnement de radiofréquence, dont le danger ou l’innocuité n’a fait l’objet d’aucun test en Suisse au préalable).

 

L’article premier de ce code de Nuremberg stipule : « Le consentement volontaire du sujet humain est absolument essentiel »… Et l’article 5 de stipuler : « L’expérience ne doit pas être tentée lorsqu’il y a une raison à priori de croire qu’elle entraînera la mort ou l’invalidité du sujet »… Est-ce que l’avis de la population a été consulté avant que les fréquences de la 5G ne soient mises en vente par le Conseil Fédéral et que les différents opérateurs (Salt, Sunrise, Swisscom) les achètent afin de pouvoir mener à bien cette étendue de la technologie ? À ma connaissance, rien n’a été fait pour informer les individus n’étant pas en contact avec des scientifiques et pour avoir leur approbation.

 

Oui, les changements que permettrait cette installation ont été vantés, mais, si l’on parle de la population lambda, seules les personnes intéressées par l’évolution de tels moyens de télécommunication pourraient y être favorables.  Outre cet intérêt devant l’avancée technologique et les possibilités qu’elle offrirait (Charger un film en trois secondes ? Des voitures autonomes ? Quelle en est l’absolue nécessité au regard des désagréments et de l’impact sur la santé qu’une telle installation suppose ?), de nombreux scientifiques se sont penchés sur le problème de l’exposition aux champs magnétiques :

 

À ce jour, ce ne sont pas moins de 247 scientifiques, de 42 pays, qui ont exprimé de « graves préoccupations » face à l’exposition croissante aux rayonnements non ionisants. Leur mise en garde concernait le risque accru  de cancer, le stress cellulaire une augmentation des radicaux libres nocifs, des dommages génétiques, des modifications structurelles et fonctionnelles du système reproducteur, des déficits d'apprentissage et de mémoire, des troubles neurologiques et des effets négatifs sur le bien-être général de l'homme.

 

En 2017, c’étaient plus de 200 scientifiques de 35 pays qui signaient une pétition en faveur d'un moratoire auprès de l'UE: «Nous, les scientifiques soussignés, recommandons un moratoire sur le déploiement de la cinquième génération, la 5G, dans le secteur des télécommunications jusqu'à ce que des risques potentiels pour la santé humaine et l'environnement soient connus et  aient fait l’objet d’une enquête approfondie menée par des scientifiques indépendants de l’industrie.

 

En 2018, la plus grande étude au monde sur les effets des radiofréquences, réalisée par le Programme national de toxicologie (NTP), a montré une augmentation statistiquement significative de l'incidence des cancers du cerveau et du cœur chez les animaux exposés aux champs électromagnétiques se situant en-deçà des directives de l’ICNIRP (Commission internationale de la protection contre les rayonnements non ionisants) suivies par la plupart des pays. (Notons que l'ICNIRP elle-même semble être une agence corrompue qui s'empresse de desserrer les limites afin d'aider l'industrie à déployer la 5G). Ces résultats sont corroborés par des études épidémiologiques humaines sur le rayonnement radiofréquence et le risque de tumeur cérébrale.

 

Certes, en Suisse nous n’avons pas encore d’études pouvant prouver l’impact (ou non) de la 5G sur la population ainsi que sur l’écosystème. Mais il suffit de se pencher sur des études faites dans d’autres pays et les preuves sautent aux yeux. (Prenons par exemple celle de l’Agence Internationale de Recherche sur le Cancer (en anglais IARC), qui en 2011 déjà, établissait une conclusion comme quoi les ondes électromagnétiques de fréquence 30KHz-300GHz étaient potentiellement cancérogènes sur les humains. Les études épidémiologiques menées depuis lors ont montré l’implication des radiofréquences dans des tumeurs au cerveau, de manière avérée (je vous laisse le soin de consulter https://ntp.niehs.nih.gov/results/areas/cellphones/index.html)

 

Et quid de l’article 5 du code de Nuremberg cité précédemment (pour rappel : L’expérience ne doit pas être tentée lorsqu’il y a une raison à priori de croire qu’elle entraînera la mort ou l’invalidité du sujet)? Les personnes souffrant d’intolérance aux rayonnements non ionisants ne sont-elles pas considérées comme invalides ? Mais vous allez me dire que celles-ci sont minoritaires. Et moi de vous répondre : pour le moment, oui. Mais qui peut dire combien d’individus seront impactés en plus lorsqu’il y aura une augmentation des rayonnements non-ionisants(en cause : la fréquence plus élevée mais aussi des systèmes multicanaux (MIMO) (permettant à la fois d’augmenter le débit de données et aussi de servir d’avantage de clients)) ? Et mettre la minorité invalide de côté reviendrait à organiser une sorte de sélection pas très naturelle. Froidement exprimé : les plus faibles n’ont qu’à mourir, seuls ceux capables de supporter l’évolution technologique doivent vivre. Est-ce normal ?

 

Soyons au fait que les habitants de la Terre vont souffrir : non seulement les personnes dont l’intolérance aux rayonnements non-ionisants est visible et quantifiable, mais pas uniquement elles. En effet, même si nous ne développons pas d’intolérance, nous allons TOUS être atteints dans notre intégrité physique. Malheureusement, l’Être Humain a tendance à penser que ce qui ne se voit pas, n’existe pas. Jusqu’à ce que la preuve lui soit apportée par une manifestation biologique (cancer, dépression, etc.) par exemple. Si un effet de ce genre se produit, les coûts de la santé vont flamber… Et qui en pâtira ? Je vous le donne en mille : tous les humains qui verront ces prix augmenter. Il est certain que les autres Swisscom, Sunrise et Salt n’auront rien à payer, eux. Augmenter l’irradiation de la population est inacceptable et je prends un texte pour appuyer mes propos, qui est celui de la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme, dont l’article 3 stipule : « Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne ». Cette nouvelle technologie est une violation de ce 3article. Comment peut-on se sentir en sûreté, alors que des études au niveau mondial sont aussi explicites quant à la nocivité de la 5G et qu’il n’y a pas encore d’étude au niveau national ?

 

Swisscom, un des principaux intéressés de cette surenchère technologique, nous ment en signifiant à qui veut l’entendre que cette 5G ne causera aucun problème sanitaire. Je suis très déçue de me rendre compte à quel point nous ne sommes pris que pour des portemonnaies, ne servant qu’à ramener de l’argent, par des industries peu scrupuleuses.

 

Soyons au fait que si les plans de l'industrie des télécommunications pour la 5G se concrétisent, pas un être humain, pas un mammifère, pas un oiseau, pas un insecte et pas un brin d’herbe sur terre, quel que soit le lieu de la planète où il se trouve, ne pourra se soustraire à une exposition, 24 heures sur 24 et 365 jours par an, à des niveaux de rayonnement de radiofréquence qui sont des dizaines voire des centaines de fois supérieurs à ceux que l'on connaît aujourd'hui (qui sont déjà beaucoup plus élevés que la limite de sécurité de 0.02 Volt/mètre, comme déterminée par les scientifiques et publiée dans le rapport « Bioinitiative » (www.bioinitiative.org)). Toutes les issues de secours seront donc barrées. Ces plans pour la 5G risquent d'avoir des effets graves et irréversibles sur les êtres humains et de causer des dommages permanents à tous les écosystèmes terrestres.

 

Prenons pour exemple l’emplacement des nouvelles antennes 5G : Contrairement aux antennes 2G/3G/4G qui idéalement doivent être placées le plus haut possible pour couvrir une surface maximale, les antennes 5G devront être placées proches du sol et avec des puissances suffisantes pour pénétrer à l'intérieur des bâtiments et traverser aussi les éventuels obstacles à l'extérieur. Ceci augmentera fortement l'irradiation de tous les passants comme celle des habitants. Les antennes 4G ont déjà énormément pollué nos villes et doivent être mieux réglementées, mais ce n’est pas le débat de cette lettre.

 

Mais il ne faut pas croire que seule l’humanité serait impactée par cette technologie. Notre Terre, notre lieu de vie, pourrait s’en trouver fortement pénalisé aussi :

 

Penchons-nous à présent sur les dommages que causerait cette technologie à notre écosystème. L’ionosphère, la Terre et la Basse Atmosphère instaurent ensemble un circuit électrique dans lequel nous vivons. Il est établi que les rythmes biologiques sur lesquels humains, animaux et insectes évoluent, sont contrôlés par l’environnement électromagnétique naturel de la Terre. Or, il a déjà été soulevé que cet environnement a été altéré par des lignes de transport d’électricité. Si des centaines d’autres satellites 5G sont ajoutés, on polluera encore plus le circuit électrique de la Terre, qui pourtant joue un rôle primordial pour que les animaux et autres insectes puissent déterminer leur emplacement et se déplacer sur le territoire. (Prenons pour exemple les oiseaux migrateurs et les abeilles, pour ne citer qu’eux).

 

Cela me fait venir sur l’article 11 de La Charte Mondiale de la Nature (1982) qui préconise que : «Les activités qui risquent de causer des dommages irréversibles à la nature seront évitées [...] et lorsque les effets nuisibles éventuels de ces activités ne sont qu'imparfaitement connus, ces derniers ne devraient pas être entrepris. » Or, comme je l’ai déjà cité, aucune étude en Suisse n’est en mesure de prouver l’innocuité de la 5G.

 

Maintenant, je souhaiterais soulever encore un autre problème : notre « chère » industrie nous ment. En effet, celle-ci tend à nous faire croire que le développement de l’économie numérique dépend des communications sans fil. Cependant, il est prouvé que la technologie de la fibre optique est plus sûre, plus fiable et plus rapide que les réseaux sans fil. Et prenons l’exemple de la secrétaire : celle-ci ne va pas aller dans la forêt, avec un parapluie pour protéger son ordinateur, lorsqu’elle veut travailler. Non. Elle va rester proche d’un mur, dans lequel elle va pouvoir planter la prise qui lui permettra de recharger la batterie de son ordinateur (qui n’est pas encore autonome, lui…). Un autre exemple que je pourrai donner est le mensonge de Swisscom (voir les preuves sous www.no5g,ch) à propos de la sécurité des rayonnements non-ionisants. Je qualifierai cet acte d’indécent, sachant que l’honnêteté est presque une valeur nationale de la Suisse…

 

Je ne crois pas la mise en attente du développement de la 5G, ou son arrêt,  jusqu'à ce que la sécurité soit garantie, aura un impact négatif sur notre économie. Cette dernière est déjà très forte et le monde entier nous l’envie. Même si la 5G a des avantages économiques (discutables), il y a plus dans la vie que le profit et de l'argent. Veuillez prendre note de la déclaration du Dr Daniel Favre: « - Il faut avoir une vision globale de la situation. Nous sommes dans ce que le philosophe et écrivain Éric Sadin appelle la «silicolonisation» du monde. C’est la révolution des technologies numériques dans tous les domaines de l’existence. Cette fuite en avant technologique et ultralibérale ne repose que sur des impératifs économiques et matérialistes, au détriment de l’intégrité de la biosphère, donc de tous les êtres vivants. Cette évolution nous mène vers une servitude volontaire au détriment de l’intégrité humaine, et porte atteinte aux écosystèmes. Les milliards de la 5G? Oui, cela fera augmenter le PIB, au même titre que tous les dommages collatéraux potentiels (maladies, etc.) de ces technologies! Je me pose la question: ne sommes-nous pas entrain d’assister à un processus massif d’extinction de la vie, en regard de la perte de la biodiversité, de l’effondrement d’écosystèmes, de la disparition d’espèces animales et végétales? » (Propos recueillis dans le magazine « L’Illustré », du 25 novembre 2018, par M. Christian Rappaz)

 

Il est encore des dizaines d’exemples que je pourrais vous citer, mais je vais m’arrêter là, je pense que vous avez saisi le fond de ma pensée.

 

À l’inverse de M. Fahti Derder, l’élu libéral-radical qui crie au complot parce qu’on ose donner notre point de vue éclairé et que l’on refuse d’être des moutons, je tiens a préciser que cette lettre n’a rien d’une attaque, qu’elle constitue peut-être une preuve parmi les autres que la population se soucie de son avenir sur cette planète, et que je fais confiance aux dirigeants de ce pays pour trouver la meilleure issue possible afin que celle-ci n’ait pas à souffrir. Après tout, c’est le peuple qui a élu les personnes à la tête de notre pays. Ces élus devraient donc faire ce qu’il y a des mieux pour le peuple et pas uniquement ce qui est bénéfique pour l’industrie.

 

Ma demande, en tant que citoyenne de ce pays, et celle de milliers d’autres citoyens Suisses (consultez la pétition en ligne de Marvin Grimm (lien ci-dessous)), est d’arrêter le déploiement de cette technologie 5G, alors que vous n’avez même pas attendu d’avoir mené des études Suisses qui puissent établir la dangerosité ou non d’une pareille installation. Prononcez un moratoire et faites voter les Suisses, en informant clairement des dangers.

 

Pour rappel, j’ai fondamentalement le droit d’être chez moi, ainsi que dans les aires publiques (qui plus est : financées avec mon argent), sans être bombardée de fréquences cancérogènes. Il en va de ma liberté de vivre dans un environnement propice à l’Être Humain.

 

Par ailleurs, c’est avec joie que je fais circuler l’information de la PACE Inc. (Planetary Association for Clean Energy, Ottawa) qui a fait une déclaration écrite, relayée par son principal représentant auprès des Nations Unies, Olivier Vuillemin : « La 5G est un traitement cruel, inhumain et dégradant au titre de la résolution 39/46 du 11 février 2019, au point 3 de l'ordre du jour du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies : promotion et protection de tous les droits de l'homme, civils, politiques, économiques, sociaux et culturels, dont le droit au développement. » Une discussion à ce sujet a eu lieu le 7 mars 2019 au Conseil des Droits de l’Homme, je ne suis malheureusement pas à même de faire part du résultat de cette discussion. Mais si la PACE Inc. Est entrain de bouger, c’est qu’il y a peut-être lieu de s’alarmer, non ?

 

Et je pense qu’il est des plus important de nous rendre compte que cette technologie est totalement superflue et qu’outre le fait qu’elle permette de générer encore plus d’argent, elle ne nous est absolument pas indispensable. Créer des besoins imaginaires n’est plus d’actualité, ce qu’il faut maintenant, c’est essayer de préserver une Terre sur laquelle la race Humaine aurait encore de belles années à vivre… Que le monde entier soit connecté ? Cela laissera aussi le champ libre à l’espionnage industriel. Si nous acceptons cette technologie, nous tendons presque le fer pour que l’on se fasse battre… Etes-vous prêts à ne plus avoir de vie privée du tout ?  

 

En vous remerciant d’avance de votre attention et de votre réaction face à ce non-sens de la technologie 5G et de son impact sur l’humanité et l’écosystème, je vous adresse, Madame, Monsieur, mes salutations distinguées.

 

Veuillez immédiatement imposer un moratoire sur le déploiement de la 5G, jusqu’à ce que des études de sécurités aient été menées.

 

 

Mélanie Brugger, citoyenne Suisse

« Arrêtons de ne parler que d’argent un moment et concentrons nos force sur les réalités de la vie »

 

 

 

PS : Je tiens à remercier Messieurs Pierre Dubochet, Olivier Bodenmann et Mme Tamlin Schilber Uhlman pour leur relecture, et M. Reza Ganjavi pour ses propositions éclairantes et son implication.

 

 

 

Sources :

-          www.no5g.ch

-          http://www.5gappeal.eu

-          www.emfscientist.org

-          https://ntp.niehs.nih.gov/results/areas/cellphones/index.html

-          « Appel international demandant l’arrêt du déploiement de la 5G sur Terre et dans l’Espace », Arthur Firstenberg, appeal Administrator (écrivain et activiste au sujet des radiations électromagnétiques et de la santé)

-          http://www.pierredubochet.ch/, Pierre Dubochet (Ingénieur-conférencier-auteur-consultant pour la RTSR-chargé de cours en Haute Ecole de la Santé)

-          Olivier Bodenmann, Ingénieur électricien EPFL de formation

-          Ulrich Warnke, biologiste à l’université de la Sarre, Allemagne

-          « L’Illustré », du 25 novembre 2018 et du 19 février 2019

-          Émission de TV « Mise Au Point », mars 2019

-          https://ntp.niehs.nih.gov/results/areas/cellphones/index.html, National Toxicology Program

-          « Installations de téléphonie mobile: Exigences posées par l'ORNI », par l’Office fédéral de l'environnement OFEV

-          « 814.710, Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant, (ORNI) »

-          https://i83738.wixsite.com/stop5g , un site contre la 5G, contenant nombres d’articles et de preuves intéressantes.

-          https://www.arcinfo.ch/videos/lifestyle/une-organisation-appelle-a-un-moratoire-de-la-5g-au-niveau-mondial-824464, une vidéo de l’association « parlerpartout », devant le parlement de Berne

-          « Un éminent professeur de biochimie [Martin L. Pall]met en garde : La 5G est « l’idée la plus stupide de l’histoire du monde » », https://reseauinternational.net/un-eminent-professeur-de-biochimie-met-en-garde-la-5g-est-lidee-la-plus-stupide-de-lhistoire-du-monde/

-          Magazine "Ma Santé" : "Quelles fréquences pour la 5G ?", Laurent Hêche, "Bon à Savoir"

-          http://www.frqs.gouv.qc.ca/documents/10191/186011/Code_Nuremberg_1947.pdf/d29861b8-30a7-456e-9a83-508f14f4e6d5, code de Nuremberg

-          https://www.change.org/p/p%C3%A9tition-contre-la-5g-et-ses-dangers-suisse-petizione-contro-i-pericoli-dei-5g-svizzera?fbclid=IwAR1I31n98KdoTwjQxXFyRdWjyAf3JbcsEgNfxd4Bfmav356CKO_TvaoyRR0, la pétition de Marvin Grimm

-          ARA Association Romande Alerte, www.alerte.ch

-          Daniel Favre, Dr. phil., Biologiste, chercheur indépendant

-          Peter Meier, Dr.Med., Spécialiste en médecine interne FMH, Membre de l’Académie Européenne des médecines environnementales

 

Etc.


______________________________________________________________________________________________


Mélanie Brugger 
jeudi 21 février 2019



Madame
Simonetta Sommaruga
Conseillère fédérale
Département fédéral de l’environnement
Palais fédéral Nord
3003 Berne



Motif : Déploiement de la 5G :

Madame,

C’est dans un espoir peut-être un peu fou que je prends l’initiative de vous écrire aujourd’hui. 

Ce matin, en parcourant mon fil d’actualité facebook, un article m’a sauté au visage : on pouvait y apprendre que Sunrise allait mettre en service déjà à la fin mars des antennes 5G. Alors peut-être me direz-vous qu’il est au bénéfice de certaines villes d’obtenir la 5G, pour une meilleure « connexion ». Et moi de répondre : est-il au bénéfice de la population de vivre dans un four à micro-ondes ?

En effet, un collectif de scientifiques se sont unis pour prouver au monde que cette 5G risquait de n’être, en fait, que l’origine de différents troubles, tant à l’échelle humaine que dans notre écosystème (vous trouverez  sous le site internet www.5gspaceappeal.org un appel détaillé de ces scientifiques ainsi que leurs noms).

Portons à l’attention que ce déploiement de la 5G va à l’encontre du 3ème article de la déclaration des droits de l’homme (Tout individu a droit à la vie, à la liberté et à la sûreté de sa personne.)
Tout individu a droit à la sûreté de sa personne… Mais en nous imposant cette nouvelle technologie, au nom du profit bien entendu, nous ne sommes plus en sûreté. Je pense bien que le terme « sûreté » dans la déclaration fait plutôt référence à une sûreté générale, maintenue par des policiers. Mais prenons en compte que de vivre dans un environnement constamment irradié d’ondes néfastes, n’est absolument pas sécuritaire.

La chance m’a été donnée de participer à un groupe sur facebook, réunissant différents défenseurs de notre intégrité physique et psychique, dont Olivier Bodenmann (ingénieur électricien EPFL), participant à l’émission « Mise au Point » du dimanche 24 février 2019 et qui nous décrit la problématique de cet ensemble de champs électromagnétiques dans lequel nous vivons et risquons de vivre. Comme autre participant à ce groupe, je cite aussi Pierre Dubochet (ingénieur, conférencier, auteur, consultant pour la RTSR, chargé de cours en Haute Ecole de Santé), dont le site internet http://www.pierredubochet.ch/ est particulièrement intéressant. 
 
M. Bodenmann fait entre autre une précision qui a retenu mon attention : des écoles ont interdit la présence de wifi dans leurs murs. En France, le WiFi est interdit dans les crèches et les petites classes, et son usage est limité pour les plus grands. Mais ici… même si le wifi n’était pas accepté, nuisant à la santé de nos chères têtes blondes, eh bien il passerait quand-même ! Et quid des intolérants aux rayonnements non ionisants, des enfants ayant déjà un déficit de l’attention élevé, etc. ? Comment dire… Ils n’auront qu’à subir.

Pourquoi cette course à la performance ? Pourquoi toujours vouloir mieux, plus vite, plus grand, plus, plus, plus ? Tout simplement car derrière tout ceci, se trouvent des industries dont le seul but est de faire du profit. L’argent est la gangrène de ce monde, à tel point que ces monnaies inventées par l’homme vont finir par détruire ce même homme. Que fera-t-il de son argent lorsque la santé l’aura quitté ? On ne l’emmène pas dans la tombe, ce profit. Et notre corps est le seul véhicule que nous ayons pour transporter nos cellules sur terre. Au nom d’un argent avec lequel on joue, nous devons aussi jouer avec nos vies ? Parce que c’est  réellement à cela que cette mascarade de la 5G me fait penser : c’est un jeu de monopoly géant. Ceux qui ont l’argent s’installent et font ce qu’ils veulent, au détriment de ceux qui n’ont pas les moyens financiers de leurs tenir tête. Et restons dans le sujet « argent » : qu’en est-il des coûts de la santé qui vont augmenter à cause d’une technologie imposée mais non désirée par le commun des mortels ? Seuls quelques lobbyistes espèrent être les bénéficiaires de cette mascarade. Et nous, humains lambda, nous allons être les pièces d’un jeu plutôt malsain.

Pour en revenir à la phrase d’introduction de cette lettre, mon espoir est que si plusieurs personnes prennent la parole et décident de s’élever contre le déploiement de cette catastrophe qui va accélérer notre perte, peut-être que les choses commenceront à bouger. Et peut-être que pour motiver les actes, il faut passer par quelqu’un de haut placé dans la mécanique politique. Je me permets donc de porter ces lignes à votre attention et j’espère de tout cœur que bientôt, une centaine d’autres lettres vont suivre la mienne, afin de réveiller les consciences et d’éviter que le jeu de la vie ne devienne vraiment trop élitiste et que les plus faibles d’entre-nous (intolérants aux rayonnements non ionisants, traumatisés crâniens, enfants, personnes sujettes aux dépressions, etc) n’arrivent pas à gérer (tant physiquement que psychiquement) ce qui leurs sera imposé.

En espérant du plus profond de mon cœur que cette lettre ouvrira une brèche, en espérant aussi que d’autres personnes se mobiliseront ainsi, je vous remercie de l’attention que vous aurez portée à ces mots et je vous adresse mes salutations distinguées.


Mélanie Brugger










PS : Et je tiens à remercier M. Olivier Bodenmann, ainsi que M. Pierre Dubochet pour leur relecture de cette lettre et les quelques modifications qu’ils m’ont proposées.
 




Amazon Button (via NiftyButtons.com)
















©Reza Ganjavi. All writings, audio and video recordings, music productions, compilations, and other works by Reza Ganjavi are protected by copyright laws. ALL RIGHTS RESERVED.


 

Make a free website with Yola